© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Editorial

Marc Quaghebeur

Texte

Cette nouvelle parution de Balises s’inscrit dans le travail d’interrogation qui trame chacun de nos numéros.
Depuis le premier, consacré à « Politique et style », la question de la Forme littéraire dans son imbrication foncière aux historicités contemporaines se trouve en effet au cœur des propos et inventions des uns et des autres.

Cette fois, Balises se concentre sur une seule aire linguistique – celle du français. Sa large dissémination de par le monde, dans des positions fonctionnelles et historiques fort différentes, qui plus est, en garantit toutefois la pluralité des voix. À travers ces réceptacles, Balises s’attache à laisser entrevoir comment la Littérature et l’Art se font violence et font violence dès lors qu’il s’agit de trouver sa propre voie, dans les contradictions de l’Histoire et des dominations culturelles.

Les réflexions de Dominique Eddé sur l’ordre à retenir des séquences « Violence » et « Vérité » ouvrent notre parution. Celui qu’a choisi Balises est donc différent de celui retenu pour les actes du colloque parus chez P.I.E. Peter Lang. C’est que les mots ne sont jamais neutres, comme le rappelle fort justement Otto Ganz. Il nous paraissait à la fois possible et nécessaire de les faire jouer autrement et complémentairement que dans l’articulation qui avait été la leur durant le colloque de Paris.

La façon de dire les faits tragiques du siècle et de les (re)porter à la mémoire est tout aussi essentielle. De belles parts de cette livraison y sont consacrées. Elles emmènent le lecteur dans l’Indochine de la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme dans les séquelles de la Shoah ; dans la violence des situations coloniales aussi bien que dans celles qui continuent de découler de l’esclavage. Et cela, aussi bien à travers des fictions que des commentaires historico-prospectifs. La longue méditation de Kasereka Kavwahirehi permet ainsi de comprendre jusqu’où vont les racines de la situation planétaire actuelle.

Les textes de ces livraisons prennent également en compte le quotidien. Voire, des situations considérées comme banales... Elles peuvent tout autant se tourner vers des pages oubliées ou ethnocentriquement méconnues de l’Histoire ancienne – ainsi celle de la monarchie rwandaise.
Une belle part est réservée, en outre, à la poésie, forme singulière du langage et autre usage de la langue, pour laisser retentir les blessures du sujet dans l’Histoire. La matière textuelle et critique importante que nous proposons va du Liban au Rwanda, et des Caraïbes au Vietnam, en passant par l’Europe et le Maghreb. Cette matière est également graphique. Nos deux volumes espèrent ainsi contribuer à la révélation de l’œuvre d’un plasticien, combattant de la guerre du Vietnam qui aboutit à la réunification du pays.

Non démonétisés par les dérives dites conceptuelles du marché, les arts plastiques vont loin dans la mise à nu et à vif de ce qui déchire et hante. Ils engagent tout autant dans la reconstitution de l’être, et dans l’être. L’étude de Samia Kassab sur Ernest Breleur est là pour le rappeler.

Cette livraison comporte enfin des inédits d’antan, reproduits en facsimilé, et issus de nos archives. Une scène de la Première Guerre mondiale retranscrite par Marie Gevers (1883-1975) côtoie ainsi un texte décapant du surréaliste belge Paul Nougé (1895-1967) sur l’hypocrisie
sexuelle.


Metadata

Auteurs
Marc Quaghebeur
Sujet
Editorial
Langue
Français