© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Souv’nances dè colonîye

Liliane Faes

Texte

Du vos l’é d’ja dit : d’é stè al’véye pa mès tayons. Ѐm grand-pé astoût pinsionè, èyèt pour mi, dins lès condicions dè ç’ tans la, pont d’alocâcions, pont d’ mutuwèle ! Brèf, d’astoû intiér’mint su l’ dos d’ mès grands-parints. Ѐm mouman astoût in sèrvice a Ostende èyèt du nè l’ vèyoû nîn souvint : èl trin coustoût trop tchér’ èyèt lès condjîs astin’tè râles.

In 1939, èm grand-mé avoût arivè a m’ fé avoû in mwas dè « vacances » a la mèr’ ; ç’astoût Madame Orban qui s’ocupoût d’ ça. On-avoût yeû in satche in twale pou mète çu qu’i nos faloût, avû ène lisse... Ѐne brouche as dints, du n’ d-avoû pont, du n’avoû jamés lavè mès dints ; in mayot, co mwins’, du n’avoû jamés stè nadjî èyèt i n’astoût nîn quèstion dè dèspinsér in franc : m’ grand-mé avoût pris yeune dè mès tch’mîses in-intèrloque come on disoût a ç’ tans la... èle-avoût keûdu ène pètite plaque avû dès boutons intrè lès djambes. Seûl’mint, l’ tchèmîse astoût rôse bonbon, èyèt come èm grand-mé n’avoût nîn trouvè l’ minme couleûr... brèf, d’avoû ène pièce pus râde chèrîje intrè mès djambes !... Sucsès garanti... Infin ! du daloû dalér tout l’ mwas d’awous’ a Wenduine.
Du vos l’ rapèle : ç’astoût ô mwas d’awous’ in 1939, ça a d’ l’importance pou l’ fin du racontâdje.

Ѐl preumîn d’awous’, nos v’la imbarquîs in-otocâr. Du n’avoû jamés stè pus lon qu’ Tchapèle, L’Ésse ou bîn L’ Louviére : c’èst vos dîre què d’avoû dès bat’mints d’ keûr ! D’astoû partadjéye pa l’idéye dè vîr la mèr’ èyèt l’èrgrèt dè quitér mès tayons. Du daloû avoû sèt’ ans...

In coûp arivès a Wenduine, lès placârds n’astin’tè nîn dins l’ batimint qu’on lodjoût, çu qui fét què d’é roubliyî mès tchôssètes èyèt què d’é d’morè in mwas avû lès minmes... du n’ vos di nîn l’ résultat... Nos-avin’ in caban èyèt dès botes pou quand i pluvoût ; on dormoût dins dès dortwârs rîn d’ègzèptionèls mès pour mi ç’astoût in fameûs candj’mint. Pou mindjî, ça daloût co, sôf què l’ vèr’di, on-avoût du macaroni avû ène drole dè sôce què du n’ savoû nîn avalér. Adon : insgueûlâde èyèt ça n’ manquoût nîn dè r’passér. D’in-ôte costè, lès tartines dè sirope su l’ plâdje m’ont léchî in bon souv’ni môgrè què... èles croquin’t-ène miyète avû l’ sâbe.

In dîmince, d’é yeû l’ surprîse dè vîr èm mouman arivér su l’ plâdje. Lès visites astin’tè dèsfindûyes ; pourtant èle-avoût arivè a infilér sès pèles pou v’ni m’ donér in bètch. Fôt dîre qu’èle-astoût in sèrvice a Ostende, èyèt mi d’astoû « aux anges ». Ѐle-avoût fét ’ne dèmande pou v’ni m’ quér èl dîmince d’après, ç’astoût pour mi in grand boneûr èyèt toute èl sèmène, môgrè mès tchôssètes trowéyes, du n’ pinsoû qu’a ça. Mès, mès... du vos-é dit què ç’astoût ô mwas d’awous’ in 1939 èyèt l’ vèr’di dè d’vant m’ n-èscapâde a Ostende, patatra ! Mobilisâcion jènèrale !...

On nos-a ramin.nè in catastrofe, çu qui fét què, quand d’é vu Ostende pou l’ preumîn coûp, du daloû avoû vint-ans èyèt du n’é r’vu m’ mouman qu’ô mwas d’awous’ in 1945 pusdit qu’èle-è-st-invoye in-Inglètère pindant tout l’ guère.

V’la çu què d’é r’tènu du seûl coûp què d’é stè in colonîye.

Liliane Faes (Carnières)

Images

Souv’nances dè colonîye
Souv’nances dè colonîye

Metadata

Auteurs
Liliane Faes
Sujet
Souvenirs de vacances
Langue
Wallon (Carnières)