© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Le pari de créer en dialogue : De part et d’autre / Over en weer

Matthieu Sergier
Myriam Watthee-Delmotte

Texte

On peut créer à deux langues et à quatre mains : c’est ce qu’ont fait Marc Dugardin et Marleen de Crée dans l’ouvrage De part et d’autre/Over en weer, paru en 2011 aux éditions P où, partant d’une lecture de Kertész et, à travers lui, de Celan, le poète francophone et la poétesse néerlandophone se sont mis en dialogue pour écrire un livre qui se constitue par ricochets, l’un répondant à l’autre, chacun écrivant dans sa langue.

Le traducteur Stefaan van den Bremt sert de passeur pour les lecteurs à venir, et Goedele Peeters ajoute à cet espace d’échange le langage du visuel par des gravures empreintes de leur propre poésie. Rarement la création hétérolingue a été aussi loin et donné lieu à un ensemble aussi abouti.

Le 15 octobre 2015, l’Association Charles Plisnier proposait, en collaboration avec Passa Porta, une soirée consacrée à ce moment de grâce d’échange intercommunautaire qui souligne ce qui est la fonction première de la culture : penser plus haut que l’horizon et unir les hommes, tant dans leurs douleurs que dans leurs rêves communs.

Le livre s’ouvre sur cette double adresse au lecteur :

Au lecteur
Un premier poème, écho d’une lecture d’imre Kertész et,
à travers lui, de la « Fugue de la mort » de Paul Celan.
Puis, dans la quête de notre propre chant, une lutte avec
l’ombre, l’écoute de l’autre, la confrontation parfois,
la confiance qui se tisse peu à peu. Une sorte de contrepoint,
entre tension et apaisement.
Deux langues, deux voix poétiques, puis une troisième qui,
d’un geste, vient jeter une passerelle vers le lecteur.
À lui, à présent, de se saisir du thème, d’en donner à
entendre une autre part.

Lees maar
een eerste gedicht, waarin de stem van imre Kertész naklinkt
en, via hem, Paul Celans ‘todesfuge’.
Daarbij, bij het zoeken naar ons eigen lied, een partijtje
schaduwboksen, luisteren naar de ander en, in confrontatie
soms, elkaars vertrouwen winnen. een soort contrapunct,
tussn spanning en rust.
twee talen, twee poëtische stemmen, daarna nog een derde
die, beeldend, een brug slaat naar de lezer toe.
aan hem nu om zich het thema toe te eigenen en nog een
partij te laten meeklinken

                                                                     *


Le projet témoigne à la fois d’ambition et de modestie : il met en œuvre une polyphonie qui fait fi des bornes linguistiques, tout en interrogeant les limites du verbal.
Il emmène vers l’est de l’Europe durant la seconde Guerre Mondiale, vers ce moment sombre de l’Histoire qu’est la Shoah, pour questionner la puissance évocatoire du poétique, tenter de voir ce que lui apportent le plurilinguisme et le dialogue des arts.

En guise de réponse, le recueil souligne ce qui, tel un négatif photographique, se révèle lorsque plusieurs modes langagiers s’entrelacent pour approcher de l’indicible. Le texte poétique démontre à quel point la langue, lorsqu’elle prétend traduire une certaine réalité, met surtout en évidence le gouffre qui la sépare de cette réalité. Avec humilité, les mots ne peuvent témoigner que d’un échec descriptif.

Le souvenir de Kertész et de Celan hante ce recueil. Celui-ci écrivit sa Fugue de mort (Todesfüge) dès la fin des années 1940. Au fil du temps, ce texte a pris un statut de symbole: celui de la survivance du chant poétique face à la terreur des camps de concentration. Ce poème témoigne du fait que quelque chose résiste, qu’aucune langue ne parviendra jamais à « (r)attraper ».

Parallèlement, quelque chose reste aussi au-delà de ce qui fait que deux langues diffèreront toujours, en dépit des influences et des échanges. Vu sous cet angle, le duo de Marc Dugardin et Marleen de Crée (tout en minuscules et dépourvu de toute ponctuation) parle de ce qui demeure à jamais perdu, autant que de ce qui, paradoxalement, s’épanouit dans le dire poétique et dans l’échange.

Si la poésie est, comme le pensait Verlaine, « de la musique avant toute chose », la polyphonie conscientise ici le lecteur-auditeur de ce qu’au plus profond de lui résidera toujours un espace ouvert à ce qui se fait percevoir dans son altérité. Telle est l’invitation formulée dans le poème de clôture :

quoi en nous d’inexplicable
où quelqu’un n’en finit pas d’écouter?

wát aan ondoorgrondelijks in ons
waar iemand eindeloos luistert?

Pour rendre leur propos sensible, Marleen de Crée et Marc Dugardin se sont livrés à Passa Porta à la lecture de leurs textes, leur donnant souffle, rythme, intonation, ainsi que la singularité de leurs voix.
Ils se sont aussi prêtés aux questions pour éclairer leur projet si peu ordinaire.

On a ainsi appris que le projet est né de l’intérêt de la dessinatrice Goedele Peeters – complice éditoriale de Marleen de Crée depuis plusieurs années – pour l’art poétique de Marc Dugardin.

Que la poétesse flamande interpelle l’écrivain namurois, et que celui-ci propose le thème de l’échange. Que chacun ne peut, durant l’élaboration du recueil qui dure un an et demi, entreprendre aucun autre travail, car il les requiert totalement. Que Goedele Peters n’entend pas illustrer le propos du livre, mais seulement rendre visible par des images de ponts et de miroitements, des jeux d’ombres et de lumières, sa perception personnelle de l’art poétique.

Que le traducteur Stefaan van den Bremt travaille au fur et à mesure de l’élaboration, opérant des choix qui exigent une sensibilité poétique aiguisée à faire jouer du français vers le néerlandais et réciproquement, ce qui est particulièrement rare et remarquable.

Chacun est revenu sur ce que ce projet si peu commun lui avait apporté. Il est frappant que les poètes aient signalé qu’ils n’auraient pas pu entreprendre un travail sur un sujet si ardu s’ils ne l’avaient pas réalisé dans le cadre de cet échange, qui s’est avéré stimulant de part en part, même s’il a comporté des difficultés.
En particulier, chacun a approfondi sa propre expérience poétique de par sa mise à l’écoute de la poéticité de la langue de l’autre.

Ce projet a été une interpellation à aller plus loin que soi, à se mettre en état de totale disponibilité, condition première de l’avènement poétique.

« Le rapport que l’on a avec une œuvre dépend de ce que l’on dégage dans sa vie pour l’accueillir ; et de la manière dont on s’engage dans ce rapport: c’est le début de la vie poétique », écrit Yannick Haenel (À mon seul désir, 2005). Pari tenu que de se mettre ici en disposition d’écoute pour entendre ce qui, au-delà des mots et des langues, fait signe poétiquement.

Pari à relever ensuite par nous, lecteurs :

bonté qui ricoche vers la rive de l’autre

        goedheid kiskassend naar de oever van de ander.




©
Matthieu Sergier, Myriam Watthee-Delmotte, 2015


Metadata

Auteurs
Matthieu Sergier
Myriam Watthee-Delmotte
Sujet
Création littéraire en deux langues, à quatre mains
Genre
Recension littéraire
Langue
Français, néerlandais
Relation
Revue Francophonie vivante 4-2015
Droits
© Matthieu Sergier, M. Watthee Delmotte, 2015