© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Le prix Marguerite Van de Wiele

Laurence Pieropan

Texte

Plus que jamais, le prix Marguerite Van de Wiele, confié à l’Association Charles Plisnier depuis 1977, rejoint les missions de «terrain» de notre association et contribue à promouvoir la richesse de la création et de la réflexion en langue française, dans une société belge soumise aux mutations socio-historiques.
Pour mieux saisir le fil rouge qui unit la trajectoire littéraire et sociale de Marguerite Van de Wiele et la remise du prix en 2017, il suffit de jeter un rapide coup d’œil à la carte mentale (aux pages 14 et 15): on y découvre les multiples facettes de cette première femme écrivain en Belgique francophone et on y décèle des combats et des orientations féminines toujours d’actualité.


*



À l’évidence, les prix remis entre 1977 et 2012 racontent une période de notre histoire littéraire et sociale ; les lauréates précédentes furent : Anne-Marie Kegels (1977), Françoise Humblet (1982), Claudine Bernier (1987), Jacqueline De Clercq (1992), Anne François (1997), Françoise Pirart (2002), Rose Nollevaux (2007), Françoise Lison-Leroy (2012).

En 2016, il convenait de mesurer les récentes métamorphoses socio-politiques et les complexités génériques de la création francophone.
Ainsi, la commission du prix Marguerite Van de Wiele décida d’assouplir les conditions historiquement liées à ce prix, tant du point de vue du genre d’expression, «des» langues d’expression, que de la nationalité des candidates et transforma aussi ce prix quinquennal en un prix sexennal.
Au groupe habituel des femmes de lettres, romancières et nouvellistes, peuvent donc se joindre à présent les créatrices d’autres domaines d’expression, pour autant que le projet recoure au texte ou à la narration (travail de recherche scientifique, œuvre théâtrale, documentaire, cinématographique, artistique, médiatique, numérique, grand reportage, initiative culturelle...).

Preuve d’ouverture aussi, la langue française peut désormais côtoyer d’autres langues ; et, non limité aux seules Belges francophones, ce prix est désormais ouvert à toutes celles qui traitent d’un sujet qui concerne la Belgique francophone, qu’elles soient ou non résidentes en Belgique. Enfin, les œuvres de collaboration sont éligibles, pour autant que la part de la femme créatrice qui postule soit clairement identifiable.


*



Pour le prix Marguerite Van de
 Wiele 2017, le thème choisi fut celui des «Femmes dans l’immigration
en Belgique francophone». Pourquoi cette théma
tique? L’année 2016 a marqué l’anniversaire des 70 ans
de l’immigration italienne en Belgique et l’immigration s’avère aujourd’hui une question incontournable.
Le prix 2017 a donc souhaité contribuer à la réflexion,
en prenant de la distance par rapport à l’actualité, en valorisant un travail de recherche ou de création qui éclaire la place et les rôles des femmes dans l’immigration. Les problématiques attendues étaient susceptibles de concerner les femmes qui traversent les frontières (culturelles, génériques ou symboliques), celles qui accompagnent ou favorisent les métamorphoses (littératures et arts), ou celles qui sont des vecteurs de changements sociétaux liés à l’immigration.

Le prix a été attribué aux ouvrages de Jamila Ben Azzouz L’Immigration marocaine. 50 parcours, 50 talents et de Jacinthe Mazzocchetti et Marie-Pierre Nyatanyi Biyiha, PluriElles. Femmes de la diaspora africaine.

La remise du prix a eu lieu le 18 novembre 2017 au Centre de congrès de l’asbl Amazone dans la commune de Saint-Josse à Bruxelles, en présence de Madame Fadila Laanan, Ministre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois, .

Nouria Ouali et Daniel Soil se sont entretenus avec les auteures: cette discussion fut enrichie de la projection des photographies d’Ahmed Bahhodh et de Véronique Vercheval, et de l’accompagnement musical du joueur d’oud Hussein Rassim. Un cocktail a clôt la cérémonie.


Dans ce dossier, vous découvrirez, certes, les deux ouvrages primés, mais aussi quatre autres textes reçus pour le prix, tandis que les Sillons francophones de la prochaine livraison vous dévoileront les quatre derniers textes, enrichis de propositions pédagogiques.



© Laurence Pieropan, revue Francophonie vivante, 2018




Metadata

Auteurs
Laurence Pieropan
Sujet
Femmes dans l’immigration
en Belgique francophone. Textes recueillis. Jamila Ben Azzouz. L’Immigration marocaine. 50 parcours, 50 talents. Jacinthe Mazzocchetti. Marie-Pierre Nyatanyi Biyiha. PluriElles. Femmes de la diaspora africaine.
Genre
Chronique littéraire et sociale
Langue
Français
Relation
Revue Francophonie Vivante, 1-2018
Droits
© Laurence Pieropan, revue Francophonie vivante, 2018