© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

68, en passant

Elias Preszow

Texte

Et c’est cette atmosphère à la fois irréelle et détestablement réelle qui fait l’époque actuelle. Passants, si vous voulez survivre, traversez-la un mouchoir sur le nez. XX


Révolte juvénile. Qu’en est-il, aujourd’hui, de ce mouvement, de cet amour?

Disons quelque chose de ce qui reste de ce qu’on nous en a dit : du gauchisme, des fleurs. Plus beaucoup à ronger, sur cet os à moelle vieilli… sinon, la haine du pouvoir. Je veux dire, une certaine poésie. Et sa récupération mauvaise. Sur les murs de la ville. On ne cesse de nous repeindre la façade. Des chantiers, des trous et des grues, c’est violent à la fin tout ce bruit. Ce boucan terrible. Une capitale qui s’étend sur toute la planète, détruisant nos mémoires, nous laissant orphelins. Plus beaucoup de sable, parce que plus tellement de pavés.

Qui, d’ailleurs, nous? C’était tout le problème. En fait, un mauvais rêve. Une voix. Des voix! Irréductibles tissus de secrets à ciel ouvert. Cette époque est malade. Obsédante et cancéreuse, purulente, polluée jusqu’au bout, mourante. Et puis, ce qui change la vie: le bonheur. Ça balance pas mal dans les rues, chacun cherche un rythme, un ton, un lit où passer la nuit. Cette nuit, c’est l’époque, une bêtise qui s’étale en plein jour dont il faudrait se mettre à l’abri, vulgaire, sûre d’elle-même, obscène.

Comment ne plus avoir peur? Ce qui se prépare sous cette nappe de plomb artificielle, personne ne peut le savoir, le prévoir. Dans l’oubli se murmure une planète tellement rapide. C’est cela 68: un infini qui tourne, là-bas. Et qui poursuit sa course. Infiniment. Ce gouffre d’étoiles n’est pas un héritage. Ni un projet. Ni un musée. C’est une continuation du hasard, à la fois déterminante, et purement gratuite: comment ça circule?… Sans être vraiment écarlate, le fond de l’air reprend des couleurs. Respirons. Ou plutôt retrouvons notre respiration, peu à peu.
Cela arrive. Cela ne faisait que passer. Cela reviendra.

Allons d’un bon pas, camarade!



© Elias Preszow, 2018


1.  Henri Meschonnic, Politique du rythme, politique du sujet. Critique, linguistique, éd. Verdier, 2015, 624 p. 30,63 euros


Notes

  1. Henri Meschonnic, Politique du rythme, politique du sujet. Critique, linguistique, éd. Verdier, 2015, 624 p. 30,63 euros

Metadata

Auteurs
Elias Preszow
Sujet
Mai 68. Révolte. Aujourd'hui.
Genre
Pamphlet.
Langue
Français
Relation
Revue Points critiques n° 376, mai-juin 2018, UPJB, Bruxelles
Droits
© Elias Preszow, 2018