© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Éditorial

Marie-Ange Bernard
Myriam Watthee-Delmotte

Texte

Le libraire : on le fréquente pour qu’il nous prodigue des bonheurs de lecture, du dernier roman en vogue au livre rare et introuvable en passant par la presse quotidienne : sans cesse il se fait le passeur de la parole des autres, presque jamais on ne parle de lui.

Le " Prix de langue et littérature françaises Joseph Hanse " attribué récemment à l’ouvrage à la proue de Pierre Mertens et Muriel Claude, qui retrace la vie d’une étonnante librairie du vieux Bruxelles aujourd’hui disparue, a contribué à faire voir l’homme de l’ombre, discret et efficace, qui en était l’âme et à sortir pour nous de l’oubli son magnifique métier.

Qu’est-ce qu’un libraire, au fond ? Est-ce seulement un métier ?

Pour certains, au même titre que toutes les activités professionnelles qui se basent sur une passion (les artistes et les chercheurs entre autres, ou les professions de service humanitaire), être libraire, ce n’est pas seulement un savoir-faire technique, c’est d’abord un choix de vie qui met l’essentiel ailleurs que dans le gain. Certes, cette dichotomie se retrouve partout et chacun circule de manière variable sur l’échelle graduée entre l’utile et l’agréable, le profit et la gratuité, la nécessité et l’amour qui ne compte pas. Mais le libraire est peut-être, davantage que d’autres, celui qui témoigne des changements de tendances sociétales parce que ce qu’il vend, et la manière dont il le fait, constituent une forme de service qui n’a rien de neutre : le libraire en effet ne fait pas que répondre à la demande, il propose. Et ce qu’il offre en partage est un visage de la culture.

Les contributeurs à ce volume ont apporté divers témoignages sur leurs expériences de ces offres de culture en tant que libraire ou lecteur. Certes, le panorama est loin d’être complet, et chacun y va de sa sensibilité, qu’il nous appartient de respecter: les manières d’accéder aux livres sont nombreuses et la culture a de multiples faces. Et l’on ne peut pas épuiser en quelques pages l’histoire d’un métier qui évolue aussi au gré des technologies qui le soutiennent. Mais on peut livrer un aperçu des sensibilités, et que chacun se sente interpellé à le compléter pour soi au départ de ses propres expériences.

La revue livre aussi, comme à son habitude, des articles sur les lettres et la langue, ainsi que des comptes rendus de lectures, qui contribuent, selon la mission de la revue, à valoriser la « francophonie vivante ».

Pour ceux qui le souhaitent, dorénavant, les lecteurs pourront retrouver les livraisons de la revue des années écoulées également sur le portail des revues littéraires et artistiques de langues françaises et régionales www.revues.be

On peut accéder à la présentation des différentes livraisons sur le tout nouveau site de l’Association Charles Plisnier, que nous vous invitons à visiter à l’adresse: www.acplisnier.com

Nous sommes heureuses d’annoncer aussi que la revue Francophonie vivante s’est dotée d’un comité éditorial.
Travailleront désormais au service de la revue, aux côtés de la rédactrice en chef Marie-Ange Bernard, Mmes et MM. Olivier Koulischer, Jérémy Lambert, Laurence Pieropan, Pierre Schroven et Laurence van Ypersele, que nous remercions pour leur investissement.

Metadata

Auteurs
Marie-Ange Bernard
Myriam Watthee-Delmotte
Sujet
Présentation du n° consacré aux libraires francophones
Genre
Editorial
Langue
Français
Relation
Revue Francophonie vivante 2-2015
Droits
© M.-A. Bernard, M. Watthee Delmotte