Le Non-Dit

Le Non-Dit, un mouvement, des textes et des voyages. Les voyages du Non-Dit mettent à jour un concept qui s'est déterminé au fil du temps. Les apprentissages scolaires ont laissé un grand nombre d'entre nous dans la perplexité et ta frustration. Œuvres, écrivains, mouvements et siècles n'ont jamais été que « caressés » dans des classes où les maîtres tentaient de forcer les frontières d'un programme. La maîtrise venait de soi ou ne venait pas.

En proposant aux curieux de rencontrer Michel de Montaigne, Marcel Proust, Pierre Loti, Chateaubriand, Alain-Fournier et tant d'autres, dans les lieux d'écriture, où les sensibilités se sont construites, Le Non-Dit s'est distingué des autres revues. Ce retour à la terre – qui est aussi un retour au texte – se compose d'un séjour "en immersion au pays de...", qui est rendu possible par la relation entre les animateurs du Non-Dit et les partenaires français : guides des Offices du tourisme, délégués des Conseils généraux, conservateurs de musées...

Revisiter les lieux d'écriture et déchiffrer la mémoire des mots... S'asseoir à la place de Frédéric Chopin, lisser les draps du Grand Meaulnes, monter dans la chambre de Marcel Proust, se piquer le doigt aux rosiers de Ronsard, interroger un chêne dans le parc de Chateaubriand....»

Le Non-Dit rassemble les communications, les découvertes et les témoignages, et joue un rôle de "passeur d'écriture" dont il est friand. Il offre pour un temps la possibilité de développer une œuvre effleurée autrefois -- peut-être même citée -- et de "sentir" au plus près ce que le temps n'a pas permis de faire connaître.

L'éclosion des voyages du Non-Dit a montré que le cercle des curieux est innombrable et que le tracé des œuvres répond à une sorte de besoin implicite que le temps a occulté. Un tel retour aux sources permet au Non-Dit de retrouver le fil rouge entre les auteurs contemporains et leurs illustres prédécesseurs. En définitive, si le plaisir seul commande la rédaction d'une telle revue, gageons qu'il sera partagé si l'envie de lire (ou celle de relire), répondra au besoin d'exister par les mots. Une forme de compagnonnage que Le Non-Dit vit avec détermination et confiance.

Revisiter les lieux d'écriture et déchiffrer la mémoire des mots... S'asseoir à la place de Frédéric Chopin, lisser les draps du Grand Meaulnes, monter dans la chambre de Marcel Proust, se piquer le doigt aux rosiers de Ronsard, interroger un chêne dans le parc de Chateaubriand....»


 

Le Non-Dit

Avenue Van Becelaere 24-B / bte 4
1170 Bruxelles