© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Boudabol

Françoise Marcelle

Texte

Après une carrière à la poste, Françoise Marcelle (° 1947, Gosselies) occupe ses loisirs à la défense de la langue wallonne. Elle participe, notamment, aux activités du Centre hainuyer d’animation du wallon à l’école (CHADWE) et elle écrit des proses qui paraissent dans èl bourdon, le mensuel de l’Association littéraire wallonne de Charleroi.
Elle y use d’une variété du wallon occidental au vocalisme très particulier et cela avec beaucoup d’humour et de talent.

                                                                   *

(wallon)

Chaque sèm’di ô matin, vos pouvèz choûtér ’ne bèle èmission d’ cûjène su l’ radio La Première. C’èst toudis pléjant paç’ què ça vos done branmint dès-idéyes pou candjî ’ne miyète dèl popote dè tous lès djoûs. Dès-idéyes qui don’neut fwin èt swo ètou paç’ qu’is vos dis’neut toudis qué vin ou bén qué bîre il-èst rèquis d’ bwêre avè lès plats.
Tél côp, o-n-invite dès-omes dè mèstî qui ’spliqu’neut comint ç’ qu’is fèy’neut lès vrés djambons d’Ârdène ou bén comint ç’ qu’ isalèv’neut lès caricoles dè Warnant èt lès-ôtruches dè Virèle.

Mès èç sèm’di la, i m’ chènoût qu’is pârlin´ chin´wès èt dju n’ compèrdoû pus rén ! Lès journalisses avin´ invitè in tendanceur culinaire… danseûr dè qwè, èmn-ome ? Èl tango dès canadas, èl java dès spinaches, èl valse dès brocalis ? Vos avèz l’ tins d’ dansér an fèyant l’ cûjène, vos-ôtes ? C’èst pou brûlér vos dwèts… Anfin, s’apinse a mi, ça daloût nos candjî ’ne miyète du mambo dèl loque a r’loqu’tér…

Tendanceur : èç mot la n’èst nén d’dja dins lès lîves dès mots ! Come dju comprind, c’èst come pour lès bèlès loques avè dès tendances qui candj’neut twès quate côps par an èt qui nos fèy’neut brichôdér ’ne masse dè liârds pou toudis d’meurér al dérène môde ! Èl tendanceur culinaire va nos dîre çu qu’è-st-al dérène môde dins lès-assiètes, çu qu’i fôt mindjî pou candjî dès vitoulèts d’ Châlèrwè, du lapin as prones ou du biftèk frites.
Dju n’ comprind vrémint nén ç’ ramadjôd la ! C’èst boudabol pâr ci, boudabol pâr la. Qu’èst ç’ què c’èst in boudabol ? Jamés ètindu pârlér dè ç’ bièsse la, jamés trouvè çoula ô boutique, èt dju pinse bén qu’èl vindeûse va m’èrwétî d’ crèsse si dju va lyi d’ mandér :
« S’i vos plét, mam’zèle, dju voûroû bén ène dèmi lîve dè boudabol pou
sawè qué gout qu’ ça a. »

Adon, dj’é priyi sint Google èt i m’a d’nè l’ solucion : ç’ n’èst nén boudabol qu’ i fôt comprinde, mais Bouddha bowl an-anglès, ôtreumint dit « èl jate da Bouddha ». Bâ wète ! An francès, is lom’neut ça « le bol du dragon » ; ça veut dire què si vos dè mindjèz, vos dalèz p’tète ratchî du feu come èl lumçon d’ Mons, parèt.

Sint Google, èl cén qui sét tout, qui vwèt tout et qui mèt s’ grand néz pa t’t-avô tout, m’a moustrè dès clapantès-imådjes dè cès jates a Bouddha la ! Fôt dîre èl vré : c’èst foûrt bia, c’èst tout plin d’ bèlès couleûrs, avè dès légumes dè toutes lès cougnes, avè du quinoa, dès lantîyes, dès pwès chiches, dès-yèrbes bounes pou l’ santè, èyèt minme dès fleûrs qu’o pout bén mindjî ; tél côp in p’tit boukèt d’ viyande, mès nén trop, èt ô d’zeûr dè tout : èl sôôôôce ! « Èn’ no Devos ? Oyi, Lemmens ! »
I n’ d’a pou tous lès céns qu’ont dès zines : lès veggies, lès vegans, lès céns qui n’ supôrt’nèt nén l’ glutèn, èl lactôse, èl glucôse, èl cirôse… Èt tous lès-ôtes què dju rouvîye…

Pouquè ’ne grande jate al place d’ène assiète ? Paç’ qu’i-gn-a branmint pus d’ place, paç’ què vos pouvèz lèyî dèl place ètou pou vos noûvès-idéyes, pou vos dons d’ crèyâcion… èt pou tout ç’ qui d’meure dins l’ frigo, cût ou nén cût, pou rimpli ’ne jate come ène pintûre d’ârtisse, tél’mint bèle què vos-årîz peû d’ couminchî a mindjî.
Ène jate, i parèt qu’ ça r’chène tout a ’ne boudène, al grosse boudène da Bouddha, èt v’la pouquè o lome ça ène « jate a Bouddha ».

I-gn-a co ène ôte istwêre qui dit qu’èl mwène boudisse n’a rén d’ôte pou vikî què lès loques su s’ dos, in baston pou rotér èt, pou poûrtér s’ mégue satchotéye, ès´ s’ jate dè bos ; ène jate qui chêrt pou dalér bribér, dè méson an méson, ène pètite saquè què dès djins ossi pôves què li vont pârtadjî : in p’tit boukèt d’ çouci, ène pètite miète dè çoula, deûs p’tits réns pou rapôjî s’ fwin.
Mès lès fotos dès jates a Bouddha su l’ twèle, ça n’a rén a vîr avè dès jates dè bribeûs, savèz ! Bén seûr, come o nos ’splique toudis qu’il èst rèquis d’ mindjî cénq fwîts èt lègumes tous lès djoûs, èl jate a Bouddha, c’est l’ boune idéye. Èt si vos fèyèz atincion a n’ nén noyî l’ plat dins l’ sôce, ça s’roût co p’t-ète bén bon ètou pou ramwéri !

Toutes cès nouviatès la, c’è-st-al môde ôdjoûrdu mès mi, dju vwè co lès-assiètes dè mès grands parints : ène mitan, ç’ astoût dès canadas chèrvis al louce, in moncha d’ canadas ; l’ôte mitan, ç’astoût pou l’ viyande èt lès lègumes du djårdin. Pont d’ nouritures èt d’ môdes avè dès noms bizåres vènus dè l’ôte dèbout dèl têre. Ça n’astoût nén pus mô… èt o mindjoût dès-oranjes du Maroc ou bén d’Èspagne, quand sint Nicolas lès-apoûrtoût pal tchèminéye, èl nût du chîs déçambe…

© Françoise Marcelle, 2017


                                                                 *

Chaque samedi matin, vous pouvez écouter une belle émission culinaire à la radio La Première. C’est toujours agréable parce que ça vous donne beaucoup d’idées pour changer un peu de la popote de tous les jours. Des idées qui donnent faim et soif parce qu’ils vous disent toujours quel vin ou bien quelle bière il faut boire avec les plats.
Parfois, on invite des hommes de métier qui expliquent comment ils font des jambons d’Ardenne ou bien comment ils élèvent les escargots de Warnant et les autruches de Virelles.

Mais, ce samedi là, il me semblait qu’ils parlaient chinois et je ne comprenais plus rien ! Les journalistes avaient invité un tendanceur culinaire... danseur de quoi, celui-là ? Le tango des patates, la java des épinards, la valse des brocolis ? Vous avez le temps de danser en faisant la cuisine, vous ? C’est pour vous brûler les doigts... Enfin, comme je le pense, ça allait nous changer du mambo de la serpillière XX...

Tendanceur : ce mot-là n’est même pas dans les dictionnaires ! Comme je comprends, c’est comme cela se passe avec les beaux vêtements avec les tendances qui changent trois ou quatre fois par an et nous obligent à gaspiller beaucoup d’argent pour rester à la dernière mode ! Le tendanceur culinaire va nous dire ce qui est à la mode dans les assiettes, ce qui faut manger pour changer des boulettes de viande hachée de Charleroi, du lapin aux prunes ou du beefsteak-frites.
Je ne comprends pas ce bavard-là ! C’est boudabol par ici, boudabol par là. Qu’est-ce que c’est un boudabol ? Je n’ai jamais entendu parler de cette bête-là, je n’ai jamais trouvé ça au magasin et je pense bien que la vendeuse va me regarder de travers si je vais lui demander :
« S’il vous plait, mademoiselle, je voudrais bien une demi-livre de boudabol pour connaître le goût que cela peut avoir. »

Alors, j’ai prié sint Google et il m’a donné la solution, ce n’est pas boudabol qu’il faut comprendre, mais Boudha bowl en anglais, autrement dit « la tasse de Boudha ». Bernique ! En français, ils appellent cela « le bol du dragon » ; ça veut dire que si vous en manger, vous allez cracher du feu comme le lum’çon de Mons XX, paraît-il.
Sint Google, celui qui sait tout, qui voit tout et qui met son grand nez partout, m’a montré quelques belles images de ces tasses de Boudha ! Il faut dire la vérité : c’est fort beau, c’est rempli de belles couleurs, avec des légumes de toutes les sortes, avec du quinoa, des lentilles, des pois chiche, des herbes bonnes pour la santé, et même des fleurs qu’on peut manger ; parfois un petit morceau de viande, mais pas trop, et au-dessus de tout : sauauauce ! « N’est-ce pas Devos ? Oui, Lemmens XX ! »
Il y en a pour tous ceux qui ont des lubies : les veggies, les vegans, ceux qui ne supportent pas le gluten, le lactose, le glucose, la cirrhose... Et tous ceux que j’oublie...

Pourquoi une grande tasse à la place d’une assiette ? Parce qu’il y a beaucoup plus de place, parce que vous pouvez aussi laisser de la place pour vos nouvelles idées, pour vos dons de création... et pour tout ce qui reste dans le frigo, cuit ou pas cuit, pour remplir une tasse comme une peinture d’artiste, tellement belle que vous aurez peur de commencer à manger.
Une tasse, il paraît que ça ressemble tout à fait à une bedaine, à la grosse bedaine de Boudha et voilà pourquoi on appelle cela une « tasse à Boudha ».

Il y a encore une autre histoire qui dit que le moine boudhiste n’a rien d’autre pour vivre que les vêtements qu’il a sur le dos, un bâton pour marcher et, pour porter sa maigre pitance, sa tasse en bois ; une tasse qui sert à aller mendier, de maison en maison, un petit quelquechose que les gens aussi pauvres que lui vont partager : un petit morceau de ceci, une petite quantité de cela, deux petits riens pour apaiser sa faim.
Mais les photos de tasses à Boudha sur la toile, cela n’a rien avoir avec les tasses des mendiants, vous savez ! Bien sûr, comme on nous explique qu’il faut toujours manger cinq fruits et légumes tous les jours, la tasse à Boudha, c’est la bonne idée. Et si vous faites attention de ne pas noyer le plat dans la sauce, ce serait encore peut-être bien bon aussi pour maigrir.

Toutes ces nouveautés-là sont à la mode aujourd’hui mais moi, je vois encore les assiettes de mes grands-parents : une moitié, c’était des pommes de terre servies à la louche, un monceau de pomme de terre ; l’autre moitié, c’était pour la viande et les légumes du jardin. Pas de nourriture et de modes avec des noms bizarres venus de l’autre bout de la terre. Ça n’était pas plus mal... et on mangeait des oranges du Maroc ou bien d’Espagne quand saint Nicolas les apportaient par la cheminée, la nuit du 6 décembre...

 

© Françoise Marcelle, 2017

Notes
1. Èl mambo dèl loque a r’l’oqu’tér, littéralement ‘Le mambo de la serpillière’, est le titre d’une chanson célèbre de William Dunker.
2. lum’çon, allusion à la Ducasse de Mons au cours de laquelle se déroule le lum’çon, un combat folklorique au cours duquel saint Georges terrasse un dragon.
3. La firme Devos et Lemmens fabrique des sauces qui font l’objet de publicités humoristiques sur les chaînes de télévision.

 

Notes

  1. Èl mambo dèl loque a r’l’oqu’tér, littéralement ‘Le mambo de la serpillière’, est le titre d’une chanson célèbre de William Dunker.
  2. lum’çon, allusion à la Ducasse de Mons au cours de laquelle se déroule le lum’çon, un combat folklorique au cours duquel saint Georges terrasse un dragon.
  3. La firme Devos et Lemmens fabrique des sauces qui font l’objet de publicités humoristiques sur les chaînes de télévision.

Metadata

Auteurs
Françoise Marcelle
Sujet
Boudabol... Boudha Bowl
Genre
Récit culinaire anecdotique
Langue
Wallon, traduction française
Relation
Revue MicRomania n° 103, 4-2017
Droits
© Françoise Marcellle, 2017