© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Strimaedje di « Moudes a rvinde »

Lucien Mahin
Joseph Docquier

Texte

[En bas de page ** le Spitch de Lucien Mahin traduit en français par Joseph Docquier, lors de la présentation de son nouveau recueil de nouvelles Moûdes à r'vinde, Meurtres à gogo.


Fiesse ås lingaedjes walons 2019: ocupaedje coinrece.

C’ est on gros cint d’ djins k’ estént la al såle di djimlastike di l’ atenêye do Bork [Saint-Hubert-ville].


*



Ene grosse mitan, c’ esteut des efants des scoles di Sint-Houbert et Atrivå, vinous po vey leus ovraedjes adjinçnés po cisse fiesse la avou l’ Aisse del Tuzance Fåmene-Årdene po les bans do Hôt d’ l’ Aiwe di Lesse [Maison de la Culture Famenne-Ardenne en Haute-Lesse]. Ey eco, ene des classes, li cene k’ aveut fwait li tchanson e walon, esteut-st evoye al mer, po les condjîs d’ Pintcosse. 

Dins l’ ôte mitan, on ricnoxheut des waloneus d’ on pô tos costés. Des tchanteus come Mimile (Vincent Delire) u Bruno Picård, des scrijheus come Joseph Docquier (ki ratoûnrè li spitch e francès), Willy Leroy u Jean Hamblenne; des teyåtreus del dramatike di Veskeveye; des ciberrôbaleus do walon come Jacques Werner. Avou les copineus d’ Libin et les scolîs d’ Bive, des djins do payis do Bork, ça fjheut ene boune peclêye ki drovént leus schoûtoes bén å lådje cwand li scabene del Culteure do grand Sint-Houbert, Anne Henneaux a ataké l’ prumî spitch, avou on long passaedje e walon (vos l’ trovroz so ene videyo «VoBuze» [Youtube] metowe so l’ Aberteke, http://aberteke.walon.org).

A shût: li pretchaedje da Pire Otdjåke, prezidint do Muzêye do Pårlaedje e l’ Årdene, ki va rasplitchî tote li cårire di waloneu da Lucyin Mahin. Avou des belès dijhêyes come «Pagnol a fwait ene trilodjeye; ebén, Lucyin Mahin end a fwait ene ossu». Et håyner les troes tômes d’ «Ene båke so les bwès d’ l’ Årdene».
Divant d’ passer l’ craetchoe å scrijheu, on-z a yeu droet å tchantaedje des cwate coplets do Tchant des Walons pa Souzane Mahin – et sins papî, cobén – acpagntêye å piyano pa Fabian Beghin.



Spitch Mahin


Lucyin Mahin ni va nén témint djåzer di s' live, mins purade di l' avni do walon. Et lijhî les råjhons pocwè k' i nos fåt schaper ci lingaedje la: - paski c’ est l’ seu lingaedje k’ a måy sitî foirdjî ciddé e l’ Walonreye, et dandjreus k’ i gn årè nol ôte k’ î skepeyrè djamåy. - paski, sapinse a Jean Guillaume, on peupe ki pied s’ lingaedje pied si åme. - pask’ on payis k’ a on lingaedje da sinne pout diswalper [développer] on meyeu vicaedje-eshonne [convivialité] et di l’ eterloyance [solidarité] inte di ses djins ; et mî acmoide [intégrer] les abagants [immigrants] ki s’ î vnèt astaler. - paski l’ walon, c’ est on vraiy lingaedje, et nén on saké patwès, come on nos l’ a catrucimé des ans et des razans å long. Ene vraiye langue, di dj’, k’ egzistêye dispu li 11inme sieke, k’ est scrîte dispu les anêyes 1600 et des, avou ene rîlêye di grand scrijheus, inte di zels li Djôzef Calozet d’ Nåwinne. Ey ene vraiye literateure ki, målureuzmint, les Walons zels-minmes ont rnoyî [reniée].

Et adon, k’ on n’ aprind nén dins les scoles. Disk’ asteure, todi. - paski l’ mouvmint d’ mondiålijhaedje capitalisse ki nos vicans dispu 50 ans n’ a pont d’ avni, et k’ i nos fårè rivni, voye non voye [que l’on le veuille ou non], a des societés basteyes pus près des djins do payis. - paski: rimete on pô d’ walon pattavå dins l’ vicaedje administratif et economike del Walonreye, ça pôreut esse ene clapante manire di dner di l’ ovraedje a toplin des djonnes ki sont-st assaetchî pal tuzance d’ avår ci. Et dabôrd, èn nén dveur endaler å diåle et co pus lon po-z awè ene plaece.


Mins aprume, paski raprinde li walon, nosse divant-prumire langue [AVANT-PREMIèRE LANGUE], c’ est on bon plan po-z etrinner nos roufions et nos crapådes [garçonnets et fillettes] a fé del djimlastike dins leu tiesse, ki lzî vénrè bén a pont po-z aprinde li neyerlandès, l’ inglès, l’ almand, l’ espagnol, l’ arabe, l’ amazir ‒ inte di nozôtes soeye-t i dit, tos lingaedjes ki dj’ tire mi plan avou, mi ki vs cåze e walon ‒ u l’ chinwès.
Adon-pwis, gn ava l’ prezintaedje des ouves des scolîs et scolresses. Deus des troes pordjets rascodît on pris del Fiesse ås lingaedjes walons, et-z esse riprezintés a Lidje li 18 di may.



Lucien Mahin, li 25 di may 2019

© Licince GNU di libe documintåcion, 2019



** Spitch Mahin, discours de Lucien Mahin lors de la présentation de son nouveau recueil de nouvelles "Moûdes à r'vinde" (Meurtres à gogo)


Nous voulons sauver et faire revivre le "wallon"? Pour quelles raisons?

- parce qu' il est l' unique langage qui s' est forgé ici, en Wallonie et que nul autre n'y naîtra jamais;

- parce qu' un pays qui possède son propre langage peut développer une meilleure vie communautaire et la solidarité entre ses habitants; et mieux accueillir les immigrants

qui nous seront utiles pour payer nos pensions et celles de nos enfants; 

- parce que le wallon est un authentique langage (et non pas un patois quelconque selon l' endoctrinement traditionnel), une vraie langue vivante depuis le 11e siècle qui est écrite au cours des années 1600 par un grand nombre d' écrivains - citons, Joseph Calozet d' Awenne mais aussi des locaux comme Emile Pecheur de Saint-Hubert, Georges Pecheur et Gaston Lucy qui a été publié par l' mprimeur Goflot.

Donc, de nombreux écrivains et une véritable littérature hélas délaissée par les Wallons eux-mêmes et, regrettons-le, absente dans notre enseignement... jusqu'à présent!

- parce que l' ambiance capitaliste mondiale que nous subissons depuis 50 ans n'a pas d' avenir (interrogez n' importe quel biologiste, écolo ou pas) et, bon gré mal gré,nous devons revenir à des sociétés structurées dans le respect des gens du pays.

- parce que réintroduire un peu de wallon dans l' espace administratif et économique de la Wallonie pourrait être une excellente façon de procurer du travail à de nombreux jeunes qui sont motivés par notre "manière de penser" évitant ainsi les contraintes de l' expatriation.

Mais surtout, parce que l' étude du wallon, notre avant-première langue, est une bonne méthode pour entraîner nos garçons et nos filles à une gymnastique intellectuelle qui leur servira pour apprendre le flamand (néerlandais refondu), l' anglais, l' allemand, l' espagnol, l' arabe, l' amazir - et, dit confidentiellement, autant de langues qui sont dans le bagage linguistique de celui qui vous parle en wallon - ou chinois.

C'est pour cette raison que j' écris en wallon depuis 1981. Et en plus, depuis cette époque, je parle en wallon avec toutes les personnes concernées par la Wallonie. Et évidemment avec ma femme et mes enfants.

Le livre que nous présentons aujourd'hui - le neuvième volume de ma composition - rassemble quelques idées dont je vous ai entretenus auparavant. Elles sont reprises par mes personnages, bien entendu.


Je n' en dis pas plus afin de vous laisser le plaisir personnel de la découverte - en français sur la page de gauche pour celles et ceux qui peinent à lire le wallon.

Pour la traduction dans la langue de Molière, "nous avons été français" (ce qui signifie «tirés d' embarras») par notre dessinateur, José Schoovaert, et notre maître-éditeur, Joël Thiry qui ne sont pas présents dans le Sommaire de ce numéro 90, mais que remercions vivement.



Lucien Mahin, 25 mai 2019
(traduit du wallon par Joseph Docquier).


© Licince GNU di libe documintåcion, 2019


Metadata

Auteurs
Lucien Mahin
Joseph Docquier
Sujet
Sauver et faire revivre le "wallon". Pour quelles raisons? Recueil de nouvelles "Moûdes à r'vinde", (Meurtres à gogo) par Lucien Mahin, 2019.
Genre
Pamphlet linguistique
Langue
Wallon et traduction française
Relation
Revue Li Rantoele n° 90, 3-2019
Droits
© Licince GNU di libe documintåcion, 2019