© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Brussels Art Film Festival - à Bozar, Cinematek et Iselp

Dimitra Bouras
Marwane Randoux

Texte

Entretien avec Sarah Pialeprat, directrice du BAFF et du Centre du Film sur l’Art
[Publié sur Cinergie le 07/11/2022­]


Du 10 au 13 novembre 2022 a eu lieu le BAFF - Brussels Art Film Festival à BOZAR, CINEMATEK et à l’ISELP.
Comme chaque année, le BAFF propose une sélection originale et pertinente de documentaires sur les artistes et leurs pratiques artistiques.

Cette année, le public a découvert 13 films belges en compétition, un panorama international, des rencontres (avec notamment Mathieu Amalric et Gilles Thomat), des séances pour les enfants et beaucoup de surprises.
Avec cette nouvelle édition 2022, les amoureux et amoureuses de l'art et du cinéma, les petits et les grands ont été gâtés avec les dernières trouvailles de l’équipe affûtée du festival.


*


Qu’est-ce que le BAFF ?


Sarah Pialeprat : Le BAFF, c’est un festival de cinéma documentaire qui s’intéresse aux films sur les artistes, les créateurs, les créatrices et sur leurs pratiques. On programme des films sur des musicien·ne·s, des architectes, des cinéastes, des peintres, des sculpteur·rice·s. Tout ce qui concerne la création artistique peut être programmé durant le festival. Il aura lieu du 10 au 13 novembre, quatre jours de programmation dans trois salles différentes : à BOZAR, à la CINEMATEK, à l’ISELP. Le festival a essentiellement lieu à Bruxelles mais il sera délocalisé le dimanche en Flandre et en Wallonie, à Mons et à Anvers puisqu’il s’intéresse aux deux communautés linguistiques.




Les films programmés sont donc des portraits d’artistes ?


Oui pas que... Il y a différents films. Il y a en effet souvent des portraits d’artistes (le cinéaste Jean-Luc Godard, le jazzman américain Thelonious Monk, la cinéaste et actrice Ronit Elkabetz) mais cela peut être aussi des films qui portent sur une œuvre, un bâtiment, un courant artistique. Par exemple, cette année nous programmons La vie en kit qui raconte un moment de l’architecture en Belgique, et également Dreaming Walls, un film sur le Chelsea Hotel à New York. Il y a des films très différents avec des approches diverses mais qui concernent toujours la création artistique.




Le BAFF est un festival qui propose beaucoup de films belges.
Existe-t-il assez de films belges sur la création artistique pour faire un festival ?


Les gens ne se rendent pas compte, mais il y a une vraie tradition documentaire en Belgique et aussi une vraie tradition historique du documentaire sur l’art en particulier ! Chaque année, on reçoit plus de cent films sur l’art en Belgique, et pour notre petit pays, plus de cent films, c’est unique au monde. C'est simple, aucun autre pays n'a une production aussi importante. Cette année, l'équipe a reçu 117 films. Le comité de sélection a décidé d’en programmer 13 qui ont été réalisés par 10 réalisatrices et 7 réalisateurs. On remarque que beaucoup de films ont été faits en binôme. C’est de plus en plus fréquent de voir des binômes mixtes dans la réalisation et je trouve ça très réjouissant ce double regard.
À côté de ces 13 films belges en compétition, il y a aura des films internationaux, des rencontres, des films pour les enfants. Le BAFF n'est pas un festival pour les spécialistes contrairement à ce que certaines personnes pensent. Il ne faut pas être expert ou experte de l'art pour venir, juste avoir de la curiosité !




Est-ce qu’on constate une tendance dans la création de films sur l'art cette année ?



Il y a toujours des choses qui émergent. Les cinéastes sans le savoir s’intéressent souvent aux mêmes sujets. Cette année, je pense que les cinéastes ont souffert du confinement et si, en effet, il y a certains films qui s’intéressent à l’histoire de la Belgique, il y a beaucoup de films qui sont partis ailleurs, même très loin, au Sénégal, aux États-Unis, au Mexique... Les cinéastes ont visiblement eu besoin de voyager et ils nous ramènent leurs histoires ici pour qu’on les découvre cette année.



Qui dit compétition, dit jury. De qui est composé le jury cette année ?



En effet, il y a une compétition nationale avec trois prix. Le jury sera composé de l’artiste Rokia Bamba, qui fait danser les nuits bruxelloise depuis un petit moment, la cinéaste Laetitia Mikles qui avait remporté le grand prix du BAFF en 2019 pour son film magnifique Que l’amour sur un jeune chanteur fou de Jacques Brel et Andrea Cinel qui est commissaire d’expositions et qui travaille plutôt du côté néerlandophone.


Quels sont les points forts de cette édition ?



Les points forts cette année sont deux rencontres exceptionnelles : une rencontre avec Mathieu Amalric qui est surtout connu pour ses films de fiction mais qui s’intéresse aussi au documentaire et au film sur l’art puisque, depuis des années, il filme son ami musicien de jazz américain, John Zorn. Mathieu Amalric sera à BOZAR le 11 novembre à 18 h pour une rencontre exceptionnelle et une sorte de jazz marathon cinématographique puisqu’on passera ses trois films sur John Zorn.

La deuxième rencontre importante cette année est avec Gilles Thomat. Contrairement à Mathieu Amalric, Gilles Thomat n'est pas connu du grand public mais il filme depuis des années le processus artistique de nombreux artistes, surtout des peintres. Nous allons programmer trois de ses films à la Cinematek le 11 novembre dans l'après-midi et il sera entouré de Charlotte Bravi et Pierre Lebouc, deux artistes français et de Bao Vuong, un peintre franco-vietnamien qui vit à Bruxelles et qui peint de fascinantes mers noires. C'est une vraie découverte que l'on pourra faire.

Deuxième point fort cette année : trois portraits hommages à des cinéastes disparus. La dernière apparition de Jean-Luc Godard au cinéma dans A vendredi Robinson de la cinéaste iranienne Mitra Farahani, un dyptique extraordinaire sur l'actrice et cinéaste Ronit Elkabetz dans Cahiers noirs puis une soirée hommage à Chantal Akerman avec deux documentaires et une fiction. Bref trois immenses personnalités du cinéma.



Et qu'avez vous choisi en Ouverture et Clôture pour cette édition ?



On restera dans la musique à Bozar. Comme je le disais, Mathieu Amalric présentera sa trilogie sur le jazzman américain John Zorn et c'est également un jazzman célèbre qui clôturera l'édition, avec Rewind & Play d'Alain Gomis. C'est un film assez abrupt sur le pianiste de jazz Thelonious Monk qui, en 1969, avait été invité à la télévision française et malmené par les médias.
Pour l'ouverture, la cinéaste Oeke Hoogendijk, grande spécialiste de films-enquêtes dans le monde de l'art, viendra présenter Licht - L’héritage de Stockhausen. Karlheinz Stockhausen est un compositeur allemand mégalomane qui a créé un opéra de 29 heures ! Le film raconte l'épopée de cette mise en scène compliquée et ... démesurée !




Et que proposez-vous dans la programmation pour enfants ?



Cette année, les enfants seront gâtés car on organise une séance de courts-métrages à l’ISELP avec de petites perles de l’animation en collaboration avec la Vidéothèque Nomade. Ce sont des films sur les territoires imaginaires, les îles, la mer, de quoi faire rêver...

Et le dimanche à la CINEMATEK, je n'ose pas trop en parler car la séance est prise d'assaut, on présente un film classique qui y est déjà passé plusieurs fois, Les Aventures du prince Ahmed réalisé dans les années 1920 par Lotte Reiniger, réalisatrice allemande pionnière dans l’animation !

Mais le petit plus cette année au BAFF, c’est que ce film, à l’origine muet, sera sonorisé en direct par une musicienne qui vient sur scène avec ses instruments, Florence Cha!Cayron. Et comme elle n'est pas que musicienne mais aussi réalisatrice, il se trouve que deux de ses courts-métrages d'animation font partie de la séance à l'ISELP dont je viens de parler !



© Dimitra Bourras, Marwan Randoux, Sarah Pialeprat, revue en ligne Cinergie be , Bruxelles,4.12.2022



Metadata

Auteurs
Dimitra Bouras
Marwane Randoux
Sujet
BAFF- organisation et programme du Brussels Aert Film Festival et
Genre
Entretien. Sarah Pialeprat. Directrice BAFF et Centre Film sur l'art
Langue
Français
Relation
Revue en ligne Cinergie be , Bruxelles,4.12.2022
Droits
© Dimitra Bourras, Marwan Randoux, revue en ligne Cinergie be , Bruxelles,4.12.2022